Le site de Didier Delinotte se charge

GERRY ET LES STIMULATEURS, POUR NE PLUS JAMAIS MARCHER SEUL

La porte (Bill) Shankly, du nom de leur entraîneur mythique, à Anfield.

Gerry Marsden est décédé le 3 janvier dernier. Fondateur du combo liverpuldian Gerry And The Pacemakers et figure attachante du Merseybeat, il était surtout connu pour avoir repris et popularisé l’émouvant « You’ll Never Walk Alone », ce chant solennel qui s’échappait des milliers de poitrines des stades d’Anfield Road, du Celtic Park et d’ailleurs. Leur histoire.

On ne compte plus ces groupes de Liverpool du début des années 60 (tous issus du courant musical appelé communément Merseybeat, du nom de ce fleuve côtier du Lancashire) souvent présentés comme des rivaux des Beatles. « Ils auraient pu être aussi grands que les Beatles », entend-on souvent prononcer à leurs sujets. Oui, avec de bonnes chansons, un autre entourage, des physiques avenants, du talent et un peu de génie pour tout dire. Le Mersey Sound est ce courant musical dérivé du Skiffle (avec une pincée de rhythm’n’blues) qui annonce, dès le début des années 60, la suprématie anglaise du Swinging London, au milieu de ces années-là.

Mais a-t-on jamais dit ça des modestes Pacemakers, groupe fondé en 1959 par Gerry Marsden, son frère Fred, Les Chadwick et Arthur « Mack » Mc Mahon vite remplacé au piano par Les Maguire. Chez les Marsden, toute la famille fait dans la pop music et la petite sœur Baryl entamera une carrière de chanteuse de rhythm’n’blues au sein, notamment, du Shotgun Express de Peter Bardens (et de Rod Stewart).

Comme les Beatles, ils sont managés par Brian Epstein, comme les Beatles, ils seront produits par George Martin et, comme les Beatles, il feront le circuit des clubs de Liverpool aux bouges de Hambourg. Comme les Beatles encore, ils signeront chez EMI / Parlophone. C’est déjà beaucoup de points communs et on peine à dire que la comparaison s’arrête là.

Les Beatles étaient encore les Silver Beatles ou autres Johnny And The Moondogs quand les Pacemakers s’appelaient, eux, les Mars Bar, du nom de la confiserie qui allait inonder l’Europe et abîmer tant de juvéniles ratiches. Mais Mars attaque, et leur fait un procès pour utilisation abusive de la marque. Soit, ils seront les Pacemakers (les fabricants de stimulateurs cardiaques les laisseront tranquilles).

Alors que les Fab Fours s’apprêtent à triompher dans le monde entier, Gerry And The Pacemakers sont encore cantonnés aux salles des fêtes du Lancashire et aux programmes musicaux « across the Channel » des traversées Calais – Douvres.

Ils décrochent enfin la timbale en mars 1963 avec « How Do You Do It ? » qui fait un n°1 en Angleterre, avant de récidiver avec « I Like It » en mai. Deux morceaux gentillets et entraînants, toniques et rythmés, mais nettement inférieurs à ce que proposent des groupes rivaux comme les Beatles, on l’a dit, mais aussi les Searchers ou les Hollies, par exemple. Qu’importe, le public suit.

Leur premier album How Do You Like It, un titre valise de leurs deux premiers hits, fait un honorable n° 2 dans les charts albums et on peut, à ce stade, se demander si les Pacemakers ne vont pas marcher sur les brisées des Beatles. La réponse est non, car ils vont vite s’essouffler. C’est avec les singles suivants (« I’m The One », puis surtout « Don’t Let The Sun Catch Your Crying ») qu’ils se font connaître du public américain et avec leur Second Album (plutôt le deuxième car il y en aura deux autres) qu’ils font une timide entrée au Billboard.

Mais c’en est déjà fini pour eux . Malgré quelques hits plus tardifs (« I’ll Be There » ou le mélancolique et poignant « Ferry Cross The Mersey » en 1964), deux autres albums au milieu des années 60 et une compilation pour le marché américain où ils figurent en bonne place avec Cilla Black, les Fourmost, les Searchers, les Swinging Blue Jeans ou Freddy And The Dreamers (Ferry Cross The Mersey), le groupe se sépare en 1966 non sans avoir tiré une dernière cartouche, « Girl On A Swing » (single et album).

De reformations épisodiques dans les années 70 (ils feront quand même une Peel Session de John Peel en 1973 pour la BBC), en rééditions discographiques, on entendra plus parler des Pacemakers autrement que par leur présence au concert de charité, en 1989, pour les victimes de la catastrophe de Hillborough, ce stade de Sheffield où une tribune s’était effondrée le 15 avril, officiellement sous la pression des supporters, faisant 96 victimes lors d’une demi-finale de coupe entre Liverpool et Nottingham Forrest. You’ll never die alone…

Mais on ne parlerait pas de Gerry Marsden et de ses Pacemakers s’il ne s’était pas produit un petit miracle, ce « You’ll Never Walk Alone » justement, sorti en décembre 1963 – leur troisième n°1 – et devenu l’hymne des supporters du Liverpool F.C. C’est ici que cet article hésite à se placer entre le rock et le foot. Le titre est à l’origine une vieille scie de Broadway à mettre à l’actif du duo de compositeurs Richard Rodgers et Oscar Hammerstein (citons-les pour mémoire) ; une rengaine sentimentale pour une comédie musicale qui aura son petit succès après-guerre : Carousel.

Anecdotique, certes. Sauf que la reprise qu’en propose Marsden et les siens a tout ce qu’il faut de suffisamment populaire et émouvant, avec des accents mélodramatiques, pour en faire un hymne fraternel en l’honneur d’un club de foot et de tout ce qu’il peut représenter de ferveur. Et quel club ! Ces reds de Liverpool dont la geste fut narrée par le romancier David Peace (Red Or Dead, Rouge ou Mort chez Rivages Rouge).

C’est un peu au club, toutes proportions gardées, ce que seront « Les Corons », de Pierre Bachelet, pour le R.C Lens, et je défie quiconque de rester insensible quand résonne la chanson, aussi tartignolle qu’on puisse la trouver, à la mi-temps d’un match à Bollaert.

« You’ll Never Walk Alone » ne restera d’ailleurs pas l’hymne d’un seul club, cette superbe mélodie un rien grandiloquente sera tout aussi solennellement adoptée, comme par contagion, par les Écossais du Celtic Glasgow, les Néerlandais du Feyenoord Rotterdam ou les Allemands du Borussia Dortmund (entre autres). C’est l’un des rares exemples qui voient deux passions – le rock et le foot – aux publics en apparence si éloignés, s’unir et se fondre par-delà les générations de fans et de supporters.

Gerry Marsden deviendra un habitué des travées d’Anfield et des regards se tourneront toujours vers lui à l’entame de la chanson magique qu’il avait eu la bonne idée de réinventer. Jusqu’à ce jour fatal où il a rejoint son frère Fred et les cendres de tous les supporters dispersées aux quatre coins de la pelouse.

Et les milliers de poitrines à travers l’Europe pourront chanter pour lui seul, le temps d’un deuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Tags

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Posts en lien